« L'œil et la main... | Page d'accueil | Colère »

19 octobre 2010

Magique

Nancy Jazz Pulsations, c'est fini. L'édition 2010 s'est terminée en apothéose avec une soirée de clôture tonitruante, sous les coups de boutoir de Marcus Miller et sa basse virtuose pour une relecture haute en couleurs de Tutu, ce disque de Miles Davis dont il avait été le compositeur, l'arrangeur et le producteur en 1986. J'aurai l'occasion de revenir sur ce festival dans un prochain article pour Citizen Jazz, afin de souligner quelques moments forts, comme le concert d'Avishai Cohen, ou la soirée réunissant le trio Thomas Savy et le quartet de Diego Imbert. Sans oublier, bien sûr, le grand Dave Holland au Chapiteau de la Pépinière.

Et puis, délicieuse cerise sur ce savoureux gâteau musical, la prestation enchantée de Youn Sun Nah, une chanteuse coréenne envoûtante dont la complicité intimiste avec le guitariste Ulf Wakenius a suscité une adhésion méritée du public venu remplir La Fabrique, cette petite salle qu'on imaginerait volontiers devenir, ici, un lieu dédié au jazz. Ce lieu qui fait cruellement défaut à la ville de Nancy.

ysn&mc_3_101015.jpgYoun Sun Nah © Jacky Joannès

Le public est attentif lorsque Ulf Wakenius entre seul en scène pour nous proposer un petit échauffement (a warm up), seul à la guitare, avant l'arrivée de sa complice chanteuse. Dans la salle, un groupe d'enfants – toute une classe de sixième – ouvre de grands yeux, c'est le premier concert auquel ils assistent. Ils écouteront religieusement pendant près d'une heure et demie, captivés par le spectacle qui s'offre à eux. Très vite, Youn Sun Nah fait son apparition, arborant un sourire absolument désarmant. Elle nous dit quelques mots, nous explique dans un murmure combien elle est heureuse de se trouver là. Et c'est parti pour l'enchantement : qu'elle chante ses propres compositions ou des thèmes de bossa nova de João Gilberto ou Egberto Gismonti, qu'elle reprenne à son compte « Avec le temps » de Léo Ferré ou « My Favorite Things » (dont la version transfigurée de John Coltrane fêtera ses 50 ans après-demain), cette chanson tirée de La Mélodie du Bonheur pour une interprétation a cappella avec comme seul instrument un discret kalimba, qu'elle nous emmène dans son pays avec un chant traditionnel coréen, tout devient beau, habité par la grâce. Oui, la grâce ! Il y a des artistes charismatiques, magnétiques et parmi eux, certains ont en plus cette faculté supplémentaire de rayonner et d'emporter avec eux leur public vers un ailleurs un peu magique. Youn Sun Nah est de ces êtres qui irradient leur entourage au point qu'au moment où les lumières se rallument, on se demande si l'on a vécu ces instants ou si on les a rêvés.

C'est d'ailleurs ce que j'ai tenu à lui dire alors que, venue saluer son public, la chanteuse s'émerveillait devant ces enfants qui levaient le doigt pour lui poser des questions, avant de lui tendre de petites feuilles blanches pour emporter avec eux un autographe. 

ysn&mc_101015.jpg
Youn Sun Nah & Maître Chronique © Jacky Joannès

Youn Sun Nah ose à peine croire aux compliments qu'on lui fait, c'est elle qui nous remercie alors qu'autour d'elle, les yeux brillent, encore illuminés par ces instants de bonheur, par cette cérémonie du chant durant laquelle elle aura démontré l'étendue de son talent, qui est immense. On reste fasciné par l'aisance avec laquelle elle aura pu faire appel à son registre vocal – du soupir au cri – et mener, non sans humour parfois, sa belle embarcation musicale.

Et pour que la fête continue encore un peu...



Découvrez Youn Sun Nah en live avec "My favorite things" sur Culturebox !

Commentaires

Une musique délicate, juste au service de la pureté de la voix... j'avoue que je comprends ta fascination, surtout si tout le concert était de cette tenue, et si la jeune femme est modeste est sympathique... La photo de vous deux est magnifique (je la veux bien, je suis en train de refaire mes pêle-mêle!!!!

Écrit par : sister for ever | 20 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Oui oui, tout le concert était de cette tenue, dans un climat de vraie proximité entre les deux artistes et le public. Et j'ai oublié de dire dans ma note à quel point Ulf Wakenius était un guitariste magnifique (Youn Sun Nah a tenu à dire qu'il avait été le dernier guitariste d'Oscar Peterson)...
Pour la photo... m'enfin !!! Deux stars internationales sur un pêle-mêle dans la cuisine !!! Non non non, un poster géant dans le salon, rien d'autre :-))

Écrit par : Maître Chronique | 21 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Impressions partagées à tout point de vue après ses récents passages parisiens (Paris Jazz Festival et Duc des Lombards). Une grande artiste !

Écrit par : ptilou | 29 octobre 2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire